31 déc. 2015

Cette Nuit-Là

Auteur: Linwood Barlcay

Titre original:  No Time for Goodbye

Edition: Bantam

Genre: Thriller

Date de parution: 2008


Résumé: Vous vous réveillez un matin, la maison est vide, votre famille a disparu...
Cynthia a 14 ans lorsqu'elle se réveille un matin dans une maison vide, ses parents et son frère disparus, sans un mot alors que sa mère ne quitte jamais le domicile sans une petite note pour sa fille. 25 ans plus tard, Cynthia ignore toujours ce qu'il s'est passé cette nuit-là. L'ont-ils abandonnée? Ont-ils été assassinés? Cynthia, aujourd'hui mariée et mère de famille, doit savoir. Très vite, des incidents étranges remettent l'enquête au goût du jour. Cynthia s'approche-t-elle de la vérité? Ou bien est-elle en train de perdre la tête?



Première découverte de Linwood Barclay avec Cette nuit-là, thriller qui offre un résumé intéressant et des plus intriguant.

Après un préambule nous décrivant les événements du passé, l’auteur nous plonge au cœur du récit en nous faisant la surprise d’un récit à la troisième personne du singulier, mais non pas du point de vue de Cynthia, cette héroïne toujours à la recherche de sa famille, mais de celui de son mari. Ce choix est surprenant mais se révèle finalement astucieux car il permet à l’auteur de jouer avec le lecteur en instaurant alors un doute autour de Cynthia : et si cette dernière y était pour quelque chose dans la disparition de sa famille ? Sait-elle quelque chose et joue-t-elle un rôle ? En jouant ainsi sur les diverses possibilités autour de ce drame, sur l’éventuelle implication de la l’héroïne, Linwood Barclay réussit à instaurer du suspense à travers des indices, suspense qui grandit lentement tout au long de la lecture.

L’histoire est bien menée, on avance au gré des pensées et des actes du narrateur dans une continuité simple mais logique, sans que les scènes ne soient dépourvues de crédibilité. On ne peut pourtant avoir une légère crainte au vu du résumé : Barclay ne va-t-il pas rater son propos, va-t-il réussir au contraire à nous offrir une fin convenable qui explique parfaitement mais surtout de manière satisfaisante et convaincante la disparition de toute une famille en une seule nuit ? Sans pour autant dévoiler la conclusion, on peut dire que l’auteur réussi son pari. Tout en ne perdant jamais de vue cette disparition étonnante, il arrive au fil des pages à nous surprendre pour nous offrir une fin qui explique parfaitement et de manière correcte ce qui s’est passé il y a 25 ans, en prenant son temps et sans se précipiter comme c’est malheureusement parfois le cas.

La force du récit réside surtout dans les personnages : leur psychologie est bien présentée et on comprend leurs actes et motivations. Chacun réagit selon son passé ou ce qui se passe sans tomber dans la facilité du stéréotype, bien au contraire. On se lie d’ailleurs facilement à Cynthia et son mari, qui nous semble bien proches au vu de leurs désagréments.

L’écriture est quant à elle maîtrisée, fluide et légère et parvient à nous entraîner à la suite d’une jeune fille qui a tout perdu en une seule nuit.

En conclusion, ce roman est une bonne lecture qui se lit rapidement : on se prend au jeu et on fait nous aussi des suppositions jusqu’à ce que la vérité explose enfin.



Challenge ABC Thrillers/Policiers 2016

Malgré une année 2015 assez catastrophique au niveau des challenges et de la tenue du blog mon envie de lecture et de défis est toujours présente. C'est pourquoi à nouveau je me relance dans un challenge que j'apprécie vu qu'il s'agit de lire des romans de thrillers ou policiers, mes genres de prédilection! Cela me permettra également de revenir sur le blog, de manière plus assidue je l'espère.
Le challenge est tenu cette année par Salhuna et se tient toujours sur Livraddict.




Le principe du challenge ABC :

•    Lire 26 romans de genre policier/thrillers/romans noirs/à suspense… entre le 1er janvier 2016 et le 31 décembre 2016, selon le principe de 1 lettre = 1 auteur.
Comment participer :

•    Etablir une liste avec 26 romans de 26 auteurs différents correspondant à chaque lettre de l’alphabet (A : Barbara Abel / B : Michel Bussi / C : Maxime Chattam…) => C’est le Nom de l’auteur qui compte. 
•    Vous inscrire ici jusqu’au 31 janvier 2016, et me faire vérifier votre liste. 

Je m'inscris en    Catégorie 1 : Challenge complet
    26 lettres / 26 auteurs / 26 titres : vous avez le droit à 3 tricheries (prénom de l’auteur, ou lettres présentes dans le nom ou prénom…). Vous avez le droit à 3 BD/manga/album… Vous pourrez changer de titres en cours d’année, mais pas d’auteurs. 


Asimov, Isaac : Le Club des Veufs Noirs (Nouvelle, Policier, 286 p.)
Braunbeck, Gary A. : Mais C’est à Toi Que je Pense (Thriller, 358 p.)
Cain, Chelsea : Sweetheart (L’Etreinte du Mal) (Thriller, 325 p.)
Delafosse, Jérôme : Le Cercle de Sang (Thriller, 441 p.)
Expert, Jacques : Ce Soir je Vais Tuer l’Assassin de mon Fils (Thriller, 255 p.)
Favan, Claire: Le Tueur Intime (Thriller, 640 p.)
Graham, Patrick : Retour à Rédemption (Thriller, 448 p.)
Hayder, Mo : Rituel (Thriller, 415 p.)
Inamitsu, Shinji et Sugawara Keita : Murder Incarnation, T. 1 et 2 (Thriller, 380 p.)
James P.D. : La Proie pour l’Ombre (Thriller, 255 p.)
Kellerman, Jonathan : The Golem of Hollywood (Thriller, 560 p.)
Läckberg, Camilla : Le Prédicateur (375 p.)
Monfils, Nadine : Les Vacances d’un Serial Killer (Policier, 236 p.)
Nesbo, Jo : Le Fils (Thriller, 528 p.)
Oswald, James : De Mort Naturelle (Thriller, 456 p.)
Preston, Douglas : Relic (Thriller, 543 p.)
Qiu, Xialong : Les Courants Fourbes du Lac Tai (Policier, 320 p.)
Rapilly, Frédérick : Le Chant du Diable (Thriller, 236 p.)
Sire Cédric : De Fièvre et de Sang (Thriller, 565 p.)
Thilliez, Franck : La Chambre des Morts (Thriller, 342 p.)

Urasawa, Naoki : Monster, T.3 (Policier, 404 p.)
Van Gulick, Robert : Trafic d’Or sous les Tang (Policier Historique, 255 p.)
Winters, Ben H. : Dernier Meurtre Avant la Fin du Monde (Thriller SF, 345 p.)
X/Anonyme : Psycho Killer (Thriller Policier, 403 p.)
Yokomizo, Seishi : Le Village aux Huit Tombes (Policier, 425 p.)
Zan, Koethi : The Never List (Au Bout de la Peur) (Thriller, 303 p.)

26 nov. 2015

Froid Comme la Tombe

Auteur: Peter Robinson

Titre original:  Cold is the Grave

Edition: Le Livre de Poche

Genre: Policier

Date de parution: 2003

RésuméUne fugueuse de seize ans identifiée sur un site porno, liée à un gros bonnet de la drogue, qui n’est autre que la fille d’un des pontes de la police britannique. Un détonnant cocktail à base de sexe, corruption, trafic de stupéfiants et crimes, qui fait les délices de la presse à scandales. Un homme, l’inspecteur Banks, face à une affaire scabreuse dont l’élucidation risque d’anéantir une famille que tout le monde croyait honorable.



Avec Froid comme la Tombe, Peter Robinson nous embarque à la suite de son inspecteur Banks, dans un univers très anglais. Si la lecture en elle-même est sympathique, je n’ai pas plus que cela été entraînée dans l’univers de cet auteur.

En effet, alors que la quatrième de couverture nous promet un cocktail détonnant et un fort suspense, on se retrouve avec un récit très basique dont l’enquête, plutôt plate, ne présente qu’avec parcimonie les ingrédients d’un cocktail finalement peu goûtu. L’enquête, menée par l’équipe de Banks, ne sort pas du lot du commun : la plupart des informations nous parvient par le biais d’inspecteurs qui n’apparaissent que brièvement. Même si on assiste à certains dialogues/interrogatoires menés par le héros lui-même, le plus gros de l’enquête reste finalement sous-jacent. On se retrouve plutôt avec un résumé des recherches, suffisant pour nous amener sur des pistes et expliquer ce qui s’est passé, mais nous laissant malgré tout sur notre faim. Qui plus est, outre la recherche de vérité autour du drame qui s’est produit, Robinson s’attarde beaucoup sur son personnage et sa vie privée un peu « mouvementée », entrecoupant ainsi le récit par de nombreux flashbacks et scènes parfois inutiles qui alourdissent l’histoire.

 Du côté des personnages, ces derniers sont pour la plupart sympathiques, et peu linéaires comme on pourrait le craindre. Au contraire, leur psychologie est satisfaisante, les empêchant ainsi de n’être que de pauvres stéréotypes. On voit une certaine complexité chez certains, bien caractéristique de l’être humain, ce qui fait que l’on s’attache à certains et pas à d’autres.

L’écriture quant à elle est assez fluide dans son ensemble, mis à part les digressions malheureusement un peu trop récurrentes sur le passé du héros.


Dans l’ensemble, ce roman se laisse lire, mais il rate le coach en s’attardant trop longuement sur une vie passé du héros, et en laissant de côté une enquête qui aurait pu être plus sympathique.




 

22 sept. 2015

Endgame, T.1: L'Appel

 Auteur: James Frey, Nils Johnson-Shelton

Titre original:  Endgame, Book 1: The Calling

Edition: Gallimard

Genre: Jeunesse, Science-Fiction

Date de parution: 2014

Résumé: Douze jeunes élus, issus de peuples anciens. L'humanité tout entière descend de leurs lignées, choisies il y a des milliers d'années. Ils sont héritiers de la Terre. Pour la sauver, ils doivent se battre, résoudre la Grande Énigme.
L'un d'eux doit y parvenir, ou bien nous sommes tous perdus. Ils ne possèdent pas de pouvoirs magiques. Ils ne sont pas immortels. Traîtrise, courage, amitié, chacun suivra son propre chemin, selon sa personnalité, ses intuitions et ses traditions.
Endgame n'a ni règles ni limites.
Il n'y aura qu'un seul vainqueur.

Une quête survoltée aux quatre coins du globe, menée par la plume nerveuse d'un grand auteur. Addictif !

Au-delà d'une lecture intense, ce livre cache dans ses pages une super-énigme composée de codes et indices imaginés par de grands cryptographes. Menez votre propre quête en tentant de la résoudre. Déchiffrez, décodez et interprétez. Le premier d'entre vous qui y parviendra gagnera une véritable fortune en pièces d'or (Lire les règles du jeu Endgame sur www.endgamerules.com).

En parallèle de cette quête, un jeu mobile novateur conçu par le laboratoire Niantic de Google permet de jouer à Endgame dans le monde réel, en choisissant une lignée et en affrontant d'autres joueurs.



Je tiens d'abord à remercier les éditions Gallimard et le site BookNode, grâce à qui j'ai pu lire ce roman.

Premier tome d’une nouvelle saga Young Adult Endgame propose un résumé assez alléchant qui soulève notre curiosité alors même que le livre est encore fermé : 12 joueurs, des énigmes, la fin du monde à éviter. Ce petit cocktail est attrayant et c’est avec frénésie qu’on tourne les premières pages et que l’on dévore les premiers chapitres.

Malheureusement, si l’histoire semblait prometteuse beaucoup de points négatifs viennent entacher cette lecture. Tout d’abord, cette impression persistante de déjà-vu autour de l’intrigue. On retrouve des éléments déjà utilisés auparavant chez d’autres livres Young Adult, comme le fait d’avoir douze adolescents devant s’entretuer ou bien que le sort du monde entier soit dans les mains d’une poignée de jeunes gens par exemple. Si dans la forme c’est assez redondant, la présence des énigmes aurait pu aider ce roman à se démarquer de ses prédécesseurs. Cependant, l’utilisation bancale de ces énigmes, l’intrigue inégale et la succession de scènes pour certaines invraisemblables rendent la lecture parfois pénible.

Il est également regrettable que les énigmes ne soient qu’un brouillard indéchiffrable pour le lecteur : si pendant un petit moment il est au même niveau d’incompréhension que les joueurs, il est rapidement dépassé par ces derniers qui résolvent leurs problèmes assez facilement au final. Il aurait été bien plus intéressant de l’impliquer en lui permettant de deviner certaines choses. Ainsi, on se sent encore plus à l’écart des personnages, auxquels on a déjà du mal à s’identifier au vu de leurs capacités surhumaines.

Outre cette absence de sympathie, les personnages sont malheureusement les éternels clichés des adolescents héros. Peu développés, ils sont même les stéréotypes des pays et lignées qu’ils représentent, ce qui est assez agaçant. On reprochera également un manque d’originalité quant aux futurs gagnants, prévisibles dès les premières présentations.  

L’écriture, quant à elle, est très simpliste et même sèche, avec l’utilisation de phrases et de chapitres très courts, qui atteste de l’urgence de la situation. Les auteurs mettent ainsi l’accent sur cette notion de temps qui s’échappe rapidement, mais en parallèle cette dernière dans le récit même devient erronée avec l’absence de repères temporels et cette sensation que l’on se joue de nous en truquant le temps. La lecture est également alourdit par la présence de toutes ces données autour des chiffres, seulement présentes pour la grande énigme, soit dit en passant une bonne idée de base. Mais sa complexité ne donne pas envie de tenter de la résoudre malgré une récompense alléchante.

Néanmoins, le récit est bien rythmé et avance au gré de rebondissements parfois saugrenus, mais qui empêche le lecteur de sombrer dans l’ennui. Les touches de mythologie et la présence de grands sites encore aujourd’hui mystérieux sont un bon point qui tentent d’apporter de la crédibilité au récit.

Ce premier tome nous dévoile donc les personnages et les enjeux de leur combat. Malgré de nombreux points négatifs, la lecture s’est faite rapidement, et je reste assez curieuse pour découvrir la suite plus tard. 

14 mai 2015

Swap Thriller/Polar 2015

Cette année et après avoir fait la connaissance de supers lectrices, je me suis laissée tenter par ce swap, proposé par Marnchoups sur Livraddict. En voyant le thème, j'ai immédiatement sauté sur l'occasion: des frissons en perspective, c'était parfait pour moi. Pour se faire, j'ai fait "équipe" avec book-worm, une addict des thrillers et tueurs en série comme moi. Et je dois avouer que ce premier swap me ravie au plus haut point: en ouvrant mon paquet, j'ai découvert de superbes surprises. Book a parfaitement su me cerner et je vais me régaler tant au niveau lectures que dégustation!


Contenu du colis au minimum:
  • Deux thriller/polar pour nous mettre dans le bain
  • Un objet doudou pour se réchauffer de nos sueurs froides
  • Une boisson pour réhydrater nos gorges sèches après toutes ces émotions
  • Une gourmandise pour se réconforter
  • Un marque page
Un livre de la WL du binôme


C'est en rentrant du boulot que j'ai eu l'agréable surprise de découvrir ce colis:


O joie, ô allégresse, je me suis jetée dessus telle une enfant découvrant son cadeau de Noël sous le sapin. Et tada! Voilà ce qui m'attendait!




Une jolie carte qui correspond parfaitement au thème, accompagnée de deux superbes marque pages qui ne vont plus me quitter. Ils sont trop beaux!




 Côtés livres: elle a tapé dans le mille:
- 999 ans de serial killers de Stéphane Bourguoin: une bible sur les serial killers (je vais me régaler),que je voulais absolument découvrir. C'est parfait!

- De fièvre et de sang, de Sire Cédric. Un auteur que ma swappée adore, que j'ai découvert il y a peu et qui m'a conquise. Il n'y a pas à dire, je sens qu'on va échanger sur cet auteur français!

- Nécrologie, de Paul Cleave;  un petit thriller dont le résumé me tentait énormément, avec plein de secrets.

- Un intérêt particulier pour les morts, d'Ann Granger: une enquête sur fond Victorien, avec une couverture dark et intrigante.

4 lectures que j'ai hâte de débuter! 



Deux surprises inattendues mais très plaisantes: un petit carnet de notes (et ça me manquait en plus) et un carnet d'enquête, avec lequel je vais pouvoir jouer à Hercule Poirot. Extra! Une idée géniale, vu que j'adore ce genre d'énigmes.




En douceurs, c'est du thé aux fruits rouges et du chocolat au lait. Que j'adore. Je vais faire une bonne dégustation tout en lisant. 



Et là, comment dire... un cadeau parfait pour une collectionneuse de tasse comme moi. On est en plein dans le thème, elle claque avec les taches de sang. 




Petite vue d'ensemble:




Ce colis de Book m'a donné le sourire, elle s'est surpassée dans ses choix et grâce à elle je vais passer de merveilleux moments livresques et dégustation. 

11 mars 2015

Japan Expo Sud 2015

Alors qu'elle était absente en 2014, la Japan Expo Sud est de retour cette année pour 3 jours de folie.
C'est avec grand plaisir et une curiosité de voir si quelque chose avait changé que j'ai pris le chemin de Marseille et du parc Chanot samedi matin. 

A peine arrivés sur le parking que le ton est donné: alors qu'auparavant il y a avait toujours des places avant 11h, ce n'était pas le cas cette fois-ci, au point que nous avons du nous garer comme nous pouvions. Qui dit parking plein dit donc beaucoup de monde et moi qui déteste les espaces trop remplis, j'ai été servie.

Qu'à cela ne tienne, je me suis engagée dans la foule vaillamment et mon ami et moi avons commencé notre petit tour d'horizon.
Pas de grande surprise au niveau de l'organisation: des invités, des conférences, des jeux et animations et des stands pour acheter des goodies qui s'étendaient sur deux halls. Rien de nouveau donc, si ce n'est un peu plus de diversités au niveau des goodies comparé à il y a deux ans. Et un peu plus de Sailor Moon: moi qui suis une grande fan j'ai failli craquer à plusieurs reprises devant des peluches (mon pêché mignon) et des figurines.



J'ai tenu bon et n'ai acheté que deux petites tasses, représentant une les Inner Senshi, et l'autre les Outer Senshi.



Durant la journée nous avons croisé de nombreux cosplayeurs dont certains étaient vraiment magnifiques. Je suis toujours agréablement surprise de voir l'ardeur que mettent les gens pour leur passion.  Nous nous sommes également souvent arrêtés au stand de l'AEUG (l'association pour l'essor de l'univers Gundam) qui présentait des gunpla (maquettes de Gundam à monter soi-même), un atelier gunpla et quelques animations autour de cet univers très prisé au Japon. Je me suis beaucoup amusée à écouter mon ami discourir de sa passion avec d'autres passionnés que lui.



Nous avons tenté par la suite d'assister à une conférence, celle du fossoyeur de film, youtubeur cinéphile. Malheureusement, toutes les places étant prises, les micros n'ayant qu'une faible portée, nous sommes repartis car nous n'entendions rien.



Petit bémol donc sur la gestion des conférences: un lieu fermé et un peu plus grand serait préférable plutôt qu'un espace au milieu du hall et donc du brouhaha des gens qui passent à côté.

Heureusement, si un des halls étaient bondés, l'autre était un peu plus calme et offrait des activités comme du sport (Takedo, Aïkido) ou des arts traditionnels (shogi, origami, jeu de go etc.) ainsi qu'un petit jardin au calme qui nous permettait de nous plonger un peu dans la culture japonaise.



Malgré la foule trop compacte, les poussettes qui ne servent qu'à boucher le passage et des pieds endoloris, nous avons passé une agréable journée. Je me suis fait plaisir et j'ai même eu droit à un très beau cadeau: mon premier gunpla que je me suis empressée de commencer. 

J'aimerai beaucoup aller à celle de Paris un jour, mais la Japan Expo Sud reste très agréable et permet une découverte intéressante du Japon et des mangas.


Je termine cet article par mes petits achats:


2 mars 2015

Et puis, Paulette...

 Auteur: Barbara Constantine 

Edition: Le Livre de Poche

Genre: Contemporain

Date de parution: 2013


Résumé: Ferdinand vit seul dans sa grande ferme vide. Et ça ne le rend pas franchement joyeux. Un jour, après un violent orage, il passe chez sa voisine avec ses petits-fils et découvre que son toit est sur le point de s’effondrer. À l’évidence, elle n’a nulle part où aller. Très naturellement, les Lulus (6 et 8 ans) lui suggèrent de l’inviter à la ferme. L’idée le fait sourire. Mais ce n’est pas si simple, certaines choses se font, d’autres pas…
Après une longue nuit de réflexion, il finit tout de même par aller la chercher.
De fil en aiguille, la ferme va se remplir, s’agiter, recommencer à fonctionner. Un ami d’enfance devenu veuf, deux très vieilles dames affolées, des étudiants un peu paumés, un amour naissant, des animaux. Et puis, Paulette…



J’ai fait la découverte de Barbara  Constantine l’an passé avec son roman A Mélie A Mélo qui m’avait séduite de par son histoire et son écriture. Voulant réitérer l’expérience avec l’auteur, c’est vers Et puis, Paulette que je me suis cette fois-ci tournée.

A nouveau j’ai été conquise par cette histoire qui traite d’un sujet contemporain trop souvent ignoré malgré quelques tentatives de médiatisation : la solitude chez le 3ème âge. En dépit du sérieux de ce thème, Constantine ne tombe pas dans le pathos ou une condamnation gratuite envers les plus jeunes. Elle réussit au contraire, et avec brio, à nous transporter dans un récit agréable et empli d’espoir qui nous fait ressortir de la lecture le cœur plus léger. Car au-delà de la solitude, c’est surtout la solidarité et l’altruisme qui sont mis en avant : ou comment devant l’adversité on peut se serrer les coudes et réapprendre à vivre en communauté.

Au fil des pages on fait la connaissance de divers personnages qui, grâce à Fernand, un vieux monsieur dont la famille est partie il y a peu vivre en ville, se retrouvent à faire une sorte d’auberge espagnole tous ensemble. Il faut alors concilier les habitudes ainsi que les différents caractères de chacun pour pouvoir vivre en harmonie. Cela donne lieu à de jolies scénettes de vie qui mettent en avant les échanges humains. Mais sous couvert de légèreté, Constantine n’oublie pas d’aborder des thèmes durs et ce à sa façon. Ainsi les personnages doivent faire face à la maladie, la mort ou bien des difficultés amoureuses qui souvent sont des facteurs d’isolement. Cependant les protagonistes font front ensemble, et abordent leur nouvelle vie avec de nouvelles armes.

Chaque personnage est touchant à sa manière : on se prend d’affection facilement pour eux, on les suit avec plaisir dans leurs aventures. Grâce à l’écriture fluide, simple et légère de l’auteur, on parvient à les imaginer, on rit et pleure avec eux. On est entraîné dans cette ferme atypique qui déborde d’espoir face à la solitude.

Et puis, Paulette fait partie de ces romans qui font du bien quand on les lit. 


25 févr. 2015

Les Contes de Grimm

 Auteurs: Frères Grimm 

Edition: Auzou

Genre: Contes

Date de parution: 2011


Résumé: Qui ne connaît pas les Contes de Grimm ? Cet ouvrage est l’occasion de redécouvrir, dans leur version originale et intégrale, les contes les plus célèbres des frères Grimm comme Hansel et Gretel, Cendrillon ou Blanche-Neige, mais aussi de plonger dans un univers inconnu et fascinant qui mêle le rêve, la magie et le suspense.





Pour changer un peu de mes genres de prédilection, j’ai choisi de faire une coupure avec une lecture légère : les Contes des frères Grimm. J’ai replongé avec plaisir en enfance, à la suite de personnages que je connaissais déjà ou que j’ai découvert pour la première fois.

Ce recueil est composé de plusieurs contes assez courts (certains ne faisant qu’une demi-page) qui relatent des petites aventures forts pittoresques de personnages tout aussi folkloriques. Certes les histoires ne sont pas très élaborées de par leur format, elles sont très manichéennes, mais restent agréables à découvrir. La plupart des récits reprennent le schéma habituel du/ de la héros/héroïne pauvre, qui va devoir surmonter des épreuves pour parvenir à un nouveau statut social (richesse et/ou prince et princesse). Ce n’est pas très diversifié, c’est parfois très répétitif puisqu’on peut retrouver deux fois une même histoire avec quelques changements, cependant le plaisir est là car c’est avant tout une certaine nostalgie qui nous prend en lisant ces contes. Il est également intéressant de découvrir ces histoires à travers des yeux plus adultes qui nous font voir les choses différemment. Blanche Neige par exemple m’a fait rire : cette pauvre enfant qui devient en fait la femme de ménages de sept nains n’a pas un rôle très enviable.


J’ai donc passé un très bon moment en compagnie des frères Grimm qui ont su me faire sourire tout en faisant ressortir mon âme d’enfant. 

23 févr. 2015

[News] Oscars 2015

Hier soir avait lieu la 87 ème cérémonie des Oscars. Voici donc le palmarès




Meilleur Film

Gagnant: - Birdman
- American Sniper
- Boyhood
- The Grand Budapest Hotel
- The Imitation Game
- Selma
- The Theory of Everything
- Whiplash



Meilleur Réalisateur

Gagnant: - Alejandro G.Iinarritu (Birdman)
- Richard Linklater (Boyhood)
- Bennett Miller (Foxcatcher)
- Wes Anderson (The Grand Budapest Hotel)
- Morten Tydlum (The Imitation Game)





Meilleure Actrice

Gagnant: - Julianne Moore (Still Alice)
- Marion Cottillard (Two Days, One Night)
- Felicity Jones (The Theory of Everything)
- Rosamund Pike (Gone Girl)
- Reese Wtherspoon (Wild



Meilleur Acteur

Gagnant: - Eddie Redmayne (The Theory of Everything)
- Steve Carell (Foxcatcher)
- Bradley Cooper (American Sniper)
- Benedict Cumberbatch (The Imitation Game)
-  Michael Keaton (Birdman)




Meilleur Actrice dans un Second Rôle

Gagnant: - Patricia Arquette (Boyhood)
- Laura Dern (Wild)
- Keira Knightley (The Imitation Game)
- Emma Stone (Birdman)
- Meryl Streep (Into the Woods)




Meilleur Acteur dans un Second Rôle

Gagnant: - J.K Simmons (Whiplash)
- Robert Duvall (The Judge)
- Ethan Hawke (Boyhood)
- Edward Norton (Birdman)
- Mark Ruffalo (Foxcatcher)




Meilleur Scénario Original

Gagnant: - Birdman
- Boyhood
- Foxcatcher
- The Grand Budapest Hotel
- Nightcrawler




Meilleur Scénario Adapté

Gagnant: - The Imitation Game
- American Sniper
- Inherent Vice
- The Theory of Everything
- Whiplash




Meilleure Musique de Film


Gagnant: - The Grand Budapest Hotel
- The Imitation Game
- Interstellar
- Mr Turner
- The Theory of Everything




Meilleure Chanson Originale

Gagnant: Glory - Selma
Everything is awesome - The Lego Movie
Grateful - Beyond the Lights
I'm Not gonna miss you - Glen Campbell... I'll be me
Lost Stars - Begin Again





Meilleur Film d'Animation

Gagnant: - Big Hero 6
- The Boxtrolls
- How to Train your Dragon 2
- Song of the Sea
- The Tale of the Princess Kaguya





Meilleur Documentaire


Gagnant: - CitizenFour
- Finding Vivian Maier
- Last Days in Vietnam
- The Salt of the Earth
- Virunga



Meilleure Photographie


Gagnant: - Birdman
- The Grand Budapest Hotel
- Ida
- Mr Turner
- Unbroken



Meilleur Montage 

Gagannt: - Whiplash
- American Sniper
- Boyhood
- The Grand Budapest Hotel
- tThe Imitation Game



Meilleur Montage de Son


Gagnant: - American Sniper
- Birdman
- The Hobbit: the Battle of the Five Armies
- Interstellar
- Unbroken






Meilleur Mixage de son

Gagnant: -  Whiplash
- American Sniper
- Birdman
- Interstallar
- Unbroken






Meilleurs Effets Visuels

Gagnant: - Interstellar
- Captain America the Winter Soldier
- Dawn of the planet of the apes
- Guardians of the galaxy
- X-men Days of Future Past





Meilleurs Décors

Gagnant: - The Grand Budapest Hotel
- The Imitation Game
- Interstellar
- Into the Woods
- Mr Turner





Meilleure Création de Costumes


Gagnant: - The Grand Budapest Hotel
- Inherent Vice 
- Into the Woods
- Maleficent
- Mr Turner




Meilleurs Maquillages et Coiffures

Gagnant: - The Grand Budapest Hotel
- Foxcatcher
- Guardians of the Galaxy





Meilleur Court Métrage d'Animation

Gagnant: - Feast
- The Bigger Picture
- The Dam Keeper
- Me and my Moulton
- A Single Life






Meilleur Court Métrage de Fiction

Gagnant: - The Phone Call
- Aya
- Boogaloo and Graham
- Butter Lamp (la lampe au beure de yak)
- Parvanesh





Meilleur Court Métrage Documentaire

Gagnant: - Crisis Hotline
- Joanna
- Our Curse
- The Reaper
- White Earth




Meilleur film en Langue Etrangère

Gagnant: - Ida
- Leviathan
- Tangerines
- Timbuktu
- Wild Tales




1 févr. 2015

Gundam Build Fighters (Saison 1)

Studio: Sunrise

Année de production: 2013-2014

Genres: Shonen; Action, Comédie, Mecha

Nombre d'épisodes: 25 (25 min) 

Synopsis: L'histoire de Gundam Build Fighters se déroule dans un futur proche.
Sei Iori est un collégien fan de GunPla (Gundam plastic model), des figurines Gundam très populaires. En effet, il est désormais possible de participer à des "batailles GunPla" grâce à ces figurines. Il s'agit d'un divertissement très apprécié, notamment par les plus jeunes.

Un jour, Sei, qui est totalement inexpérimenté dans ces combats, reçoit une pierre étrange de la part d'un certain Reiji, un joueur confirmé. Peu après, sa vie bascule.




Phénomène populaire au Japon depuis les années 80, la franchise Gundam n’a cessé de s’agrandir, tant au niveau des séries que des produits dérivés. En 2014 sortait donc une nouvelle série, intitulée Gundam Build Fighters, que je me suis retrouvée à regarder sur demande et dont j’ai fini par dévorer la première saison.

Cette dernière est excellente et surprenante sur de nombreux points. Tout d’abord elle nous plonge dans l’univers de ces mechas d’un point de vue plus shonen et donc moins complexe que les autres séries. On quitte les guerres sur fond de politique pour retrouver des passionnés de cet univers qui combattent grâce à leurs gunpla, ces maquettes qu’ils assemblent eux-mêmes. On est ici dans le pur fan service, mais de manière vraiment agréable, le tout mené par des références qui plairont aux habitués des Gundams sans pour autant entacher la compréhension du récit pour les novices.

Ensuite, le récit est intéressant et attrayant : on suit les efforts de deux garçons qui viennent de se rencontrer pour gagner un tournoi international de Gunpla Battle. Histoire assez commune chez les japonais, qui développe les thèmes de rivalité et amitié, dépassement de soi etc. C’est assez basique mais ça reste bien fait et convaincant, notamment grâce aux intrigues secondaires qui viennent enrichir le scénario de base et qui soulèvent des questions judicieuses qui trouveront réponses à la fin. On a donc un récit intelligent qui ne se contente pas de servir des batailles.

Enfin, les personnages font également l’attrait de cette série. Mystérieux, attachants, drôles, toute une palette de différents protagonistes apparaît tout au long de la série et on assiste avec plaisir à leur évolution.

Gundam Build Fighters est un animé fort plaisant, qui nous offre sa dose d’action, d’intrigue et de moments comiques. On est pris dans la ferveur des Gunpla, on suit avec intérêt les magnifiques combats et on ressort de cette saison avec l’envie de se mettre au Gunpla, voire à l’univers Gundam tout court. 





30 janv. 2015

Mother's Day

Film américain

Date de sortie: 17 janvier 2012 (DVD)

Réalisé parDarren Lynn Bousman

AvecRebecca De Mornay, Jaime King, Patrick Flueger  etc.

Durée: 1h52

Genre: Thriller / Drame / Horreur

SynopsisAprès un hold-up qui tourne mal, trois frères retournent chez leur mère. Lorsqu’ils arrivent devant la maison familiale, ils découvrent avec surprise que celle-ci appartient maintenant à quelqu’un d’autre. Ils prennent alors en otage les nouveaux propriétaires et leurs invités. Peu de temps après, la mère arrive sur place avec leur sœur Lydia. Au cours de la soirée, dans un crescendo machiavélique et terrifiant, la mère cherche à prendre le contrôle de la situation.





Mother’s Day fait parti de ces films qui proposent un pitch intéressant avec les ingrédients pour nous proposer un très bon divertissement mais qui au final se révèle être décevant sur de nombreux points.

Se penchant sur un huis clos, le scénario avait de quoi nous offrir de bons moments de tension. Le début est d’ailleurs prometteur et nous plonge assez rapidement dans l’horreur d’une prise d’otage. On aurait pu croire que l’accent serait mis sur une tension psychologique : comment se sortir des griffes de fous furieux qui semblent incapables de prendre une décision sans leur mère ? La manipulation a donc une place importante, mais comme le reste du scénario, finit par être sous traitée au profit de tentatives de choquer le spectateur, tentatives finalement ratée.

Le film perd rapidement en crédibilité à cause de personnages peu charismatiques, ennuyants et énervants. A l’exception de la mère qui possède une personnalité intrigante, forte et possessive, les autres personnages ne sont que des faire-valoir sous exploités. Entre les enfants écrasés par leur mère et le groupe d’amis enfermé au sous-sol qui subit l’invasion, on se demande ce qu’on fait là. En effet, il est impossible de s’attacher à qui que ce soit encore moins aux amis qui restent passifs. Certes, la peur est un vecteur qui vous tétanise, mais quand vous faites face à des cambrioleurs prêts à tout pour s’enfuir, il est facile de deviner qu’il y a peu de chances qu’ils vous laissent vous en sortir vivants. Il est donc logique de tenter au moins quelque chose pour s’en sortir. Cependant, à force d’attendre de l’action, quand celle-ci arrive ça part en n’importe quoi et on en sort déçu.

Le traitement du caractère des enfants est lui aussi sous exploité : alors qu’il semblait y avoir du potentiel pour un revirement de situation, pour des explications pourtant déjà parfaitement claires pour le spectateur, tout retombe à plat. On se retrouve alors avec un nombre élevé de scènes inutiles qui n’auront contribué qu’à rallonger le film.

Malgré une réalisation correcte sans être exceptionnelle, le film ne fait pas frissonner ; au contraire il est long lourd, ennuyeux et n’a rien d’un bon thriller, encore mois d’un film d’horreur. Quant à la fin, on tombe dans le ridicule pur et simple qui confirme la médiocrité de Mother’s Day.

            

[Trailer] Ted 2



La suite des aventures de l'ours le plus déjanté des USA arrive bientôt au cinéma. En attendant, voici un trailer qui laisse présager plus de stupidités de la part des deux héros.


16 janv. 2015

Night Call

Film américain

Date de sortie: 26 novembre 2014

Réalisé par: Dan Gilroy

Avec: Jake Gyllenhaal, Rene Russo, Riz Ahmed etc.

Durée: 1h57

Genre: Thriller / Drame

Titre originaleNightcrawler

SynopsisBranché sur les fréquences radios de la police, Lou parcourt Los Angeles la nuit à la recherche d’images choc qu’il vend à prix d’or aux chaînes de TV locales. La course au spectaculaire n'aura aucune limite...
Avertissement : des scènes, des propos ou des images peuvent heurter la sensibilité des spectateurs



Film quelque peu hybride, on se laisse entraîner à la suite de Jake Gyllenhaal dans sa quête de célébrité.

Dès les premières images on est mal à l'aise face à ce personnage déroutant qui se révèle rapidement être un sociopathe. La prestation de Jake est bluffante de ce point de vue, notamment son regard dénué de toute émotion qui fait froid dans le dos.

Le scénario est intéressant: à travers la quête de reconnaissance de Lou, c'est avant tout la machine télévisuelle qui est mise en avant: tous les moyens sont bons pour faire de l'audience, même celui de manipuler les foules par les images. Le journalisme est remis en question: jusqu'où peut-on aller en restant dans la légalité? Qu'en est-il d'un point de vue morale?

Le journalisme ici se rapproche du paparazzi, sans état d'âme, sans respect pour ce qu'il filme. Seul le résultat des audiences et l'argent gagné compte, au détriment des gens. En cela le rôle de Lou est parfait: sa personnalité se confond avec son métier, laissant entrevoir un animal agissant dans son propre intérêt, sa propre survie.

La réalisation est très bonne, à l'esthétique soignée. L'alternances des plans "normaux" et du found footage donne un rendu excellent et nous amène dans l'alternance de spectateur et voyeur.

Même si il n'est pas exempt de défauts, ce film vaut le détour pour son mélange de genres, l'interprétation magistrale de Jake Gyllenhaal et pour cette critique de notre société voyeuriste qui amène à de graves dérives.

13 janv. 2015

[Trailer] Avengers: Age of Ultron

Nouveau trailer pour la suite des aventures des Avengers. On sent de la tension dans les images.



Sortie le 29 avril 2015 en France.

7 janv. 2015

[Trailer] Ant Man

Le premier trailer de Ant Man est enfin disponible. Ce prochain Marvel sortira le 22 juillet 2015 et nous permettra de découvrir un héros.... pas forcément très connu.

SynopsisL'histoire d'Ant-Man est celle d'un petit escroc du nom de Scott Lang. Doté d'une capacité étonnante - celle de rétrécir à volonté tout en démultipliant sa force - ce dernier doit embrasser la part de héros qui est en lui afin d'aider son mentor, le docteur Hank Pym, à protéger d'une nouvelle génération de redoutables menaces, le secret du spectaculaire costume d'Ant-Man. Contre des obstacles en apparence insurmontables, Pym et Lang, doivent mettre au point - et réussir - un audacieux cambriolage qui pourrait sauver le monde dune issue fatale...