27 nov. 2011

The Shining

Auteur: Stephen King

Traducteur: Joan Bernard

Editions: Editions Williams

Genre: Fantastique

Date de parution: 1977

Résumé: Situé dans les montagnes Rocheuses, l'Overlook Palace passe pour être l'un des plus beaux lieux du monde. Confort, luxe, volupté... 
L'hiver, l'hôtel est fermé.
Coupé du monde par le froid et la neige. Alors, seul l'habite un gardien.
Celui qui a été engagé cet hiver-là s'appelle Jack Torrance: c'est un alcoolique, un écrivain raté, qui tente d'échapper au désespoir. Avec lui vivent sa femme, Wendy, et leur enfant, Danny.



The Shining est le 3ème roman du maître de l'horreur, qui nous offre encore une fois une histoire étonnante, angoissante et très prenante.

La base de l'histoire est pourtant simple, voire commune puisqu'on a le thème de la maison hantée, revisitée sous forme d'hôtel. Mais ne vous attendez pas à voir des fantômes ou autres monstres du genre, qui toutes griffent sorties se jetteraient sur la famille Torrance. Bien au contraire, la force de ce livre tient dans le fait que c'est d'abord un huit clos, qui allie la psychologie au fantastique. Ainsi la première partie se concentre énormément sur les personnages, leur caractère et leur relation. Le plus intéressant, le plus poussé reste Jack Torrance. Ce père de famille sort à peine d'un enfer dans lequel il s'est lui-même plongé et il tente de reconstruire sa vie de famille, mais aussi de retrouver un travail. Tout ça n'est pas évident, puisqu'il est un ancien alcoolique, au caractère trempé et impulsif. Ce dernier lui a par ailleurs coûté son emploi en tant que professeur, car il avait frappé un élève. On apprend aussi que 3 ans auparavant, dans un accès de colère, il a cassé le bras de son fils Danny, évènement qui ici a faillit lui coûter son mariage. C'est donc un homme brisé qui n'a d'autre choix que de ravaler sa fierté et d'accepter un boulot de gardien d'hôtel pour sauver sa famille. C'est un personnage complexe qui va finir par se laisser manipuler par l'hôtel Overlook.

L'auteur se concentre ensuite sur les autres membres de la famille. Wendy est une femme au foyer, belle, qui aime sa famille et veut tout faire pour la protéger et la sauver. C'est un appui pour Jack, car elle le soutient dans son envie d'écrire une pièce de théâtre. Elle est l'exemple de la mère prête à tous les sacrifices pour sauver son enfant. Elle paraît pourtant effacée dans certains passages, donnant l'impression qu'elle subit plus qu'elle n'agit. Danny, leur fils de 5 ans, et un garçon étonnant. Il possède le don du shining, c'est à dire qu'il perçoit des choses que les autres ne peuvent voir. Il a ainsi souvent retrouvé des objets perdus pour ses parents, mais surtout il est médium et voit des apparitions du passé ou du futur. Ces visions s'accompagnent de la venue de Tony, dont on apprend la véritable identité à la fin du récit.

Voici donc une famille unie qui part vivre durant des mois à l'Overlook, dans les montagnes du Colorado, afin de garder l'hôtel durant l'intersaison -de septembre à mars. Ils sont prévenus que dès la neige tombée, ils seront seuls au monde dans cette immense bâtisse. Dès leur arrivée, l'auteur nous dévoile que l'hôtel recèle de terribles secrets. Pendant la visite, Danny a des visions terribles. De plus il rencontre le cuisinier, Dick Halloran, qui lui aussi possède le shining. Il met en garde le garçon contre l'hôtel, lui faisant promettre de ne pas s'approcher de la chambre 217.

Et l'isolement va doucement commencer. Au début tout va bien, comme aime à le penser Wendy. Jack écrit avec facilité sa pièce et Danny s'amuse. Jusqu'au moment où les symptômes de l'alcoolisme de Jack réapparaissent, sans qu'il ne s'en rende compte. Sa frénésie à taper à la machine a disparu, et à la place l'idée d'écrire un livre sur le passé de l'hôtel fait son chemin dans l'esprit de Jack pour s'y implanter définitivement, quitte à devenir une obsession.  Les choses surnaturelles commencent elles aussi à apparaître. Danny et Wendy comprennent qu'ils doivent quitter l'hôtel le plus vite possible, mais il est trop tard.

Durant tout ce temps de l'isolement, la folie va prendre doucement possession de Jack, s'immisçant dans ses pensées, usant de ses faiblesses, lui montant la tête contre sa femme et son fils. Et alors que la tournure des évènements commence à changer, l'hôtel reprend vie. Et la fête recommence, faisant tomber les dernières barrières de la raison de Jack, menant l'histoire au summum de la terreur.

King a privilégié le côté psychologique sur le fantastique, nous montrant que c'est dans le caractère d'un homme que le mal prend vie. Ses actions passées, sa personnalité conduisent inéluctablement à sa perte.

Il s'est aussi attaché à la relation triangulaire père/mère/fils, montrant la jalousie que peut ressentir Wendy en se rendant compte que son fils partage plus de choses avec son père. Inversement, Jack aussi ressent de la jalousie en s'imaginant que sa femme et son fils complotent contre lui.

Du côté de l'écriture, King s'inspire du style gothique pour nous plonger dans l'horreur, usant d'un lieu hanté entouré d'un décor naturel tel que les montagnes enneigées, et y greffant un pacte démoniaque. A cela il ajoute son don pour décrire des lieux et des objets, qui va donner une impression de terreur. Des animaux en buis vont donc prendre vie, près à déchiqueter les hommes. Il joue avec l'imagination des lecteurs, mais aussi avec celle de ses personnages: Danny va imaginer que le tuyau d'un instincteur est un serpent prêt à le mordre; Wendy, se rendant à la cuisine, va imaginer Jack un couteau à main, l'attendant dans un coin prêt à la tuer. Et cette écriture contibue à la force du livre. 

Voilà donc ce qui fait de ce roman une référence dans le genre horreur. Il n'y a pas besoin de sang ou de descriptions gores pour faire d'un livre un livre d'horreur. La psychologie est bien plus inquiétante.


Un livre à lire absolument.

15 nov. 2011

Carrie

Auteur: Stephen King

Traducteur: Henry Robillot

Editions: Gallimard

Genre: Fantastique

Date de parution: 1974

Résumé: Élevée par une mère fondamentaliste intégriste, Carrietta White, adolescente et collégienne dans le Maine, découvre dans un moment de douleur terrible qu'elle détient des pouvoirs télékinésiques d'une rare force. Rejetant les obsessions religieuses et l'éducation sévère de sa mère, Carrie tentera désespérément de s'intégrer au groupe de jeunes gens composé de beaux joueurs de football et de joli pom-pom girls du collège. Elle croira même, un court instant, avoir réussi. Malheureusement pour la ville de Chamberlain, un concours de circonstances va pousser Carrie à se servir de son don pour se venger des humiliations que lui auront fait subir ses camarades de classe.



Voici donc le tout premier roman de Stephen King, qui va poser les bases de son univers. L'histoire est simple et le livre assez court. Pourtant, King arrive par un tour de force à vous plonger dans l'horreur avec de simples mots.

Carrie n'est pas un livre complexe, au contraire il se lit plutôt facilement. Ce qui fait la donne entre lui et d'autres livres écrit "simplement" mais sans réels attraits, c'est l'écriture, la manière particulière qu'a Stephen King de décrire les sentiments et les pensées de ses personnages. Carrie nous montre à quel point la psychologie est importante chez cet auteur, afin de comprendre les motivations d'un personnage.

Avant tout c'est l'histoire d'une ado de 16 ans, tyrannisée par ses pairs et qui va prendre sa revanche. En insérant des faux extraits d'articles, de faux passages de livres qui se sont penchés sur le cas Carrie White, King nous montre l'enfance de cette fille, ce qu'elle a vécu. Ce sont les évènements passés qui poussent les gens à agir comme ils le font, qui les font devenir ce qu'ils sont. Voilà ce qu'on pourrait retenir de Carrie. Mais cette petite étude psychologique, faite sur des ados, se combinant au surnaturel, fera de Carrie un livre étonnant.

Tout commence sous la douche au lycée, après le sport. Les filles se lavent, rigolent jusqu'au moment où elles s'aperçoivent que Carrie, une de leur camarade, a ses règles. Le problème, c'est que Carrie ne sait pas ce que c'est, et qu'elle se met à croire qu'elle fait une hémorragie et qu'elle est sur le point de mourir. Aux cris de terreur de cette jeune ado se mêlent ceux emplis de méchanceté des autres filles, qui n'hésitent pas à la bombarder de tampons et serviettes hygiéniques.

Cet épisode, traumatisant, va réveiller les pouvoirs télékinésistes de Carrie, enfouis depuis son enfance. Tout aurait pu être différent si il n'y avait aussi eu le facteur mère. Car Mme White est loin d'être la mère idéale. C'est en fait une fanatique religieuse, autoritaire, qui va jusqu'à enfer
mer sa fille dans un placard pendant des jours si elle pense qu'elle est sortie du droit chemin vertueux.

Tous les ingrédients sont dorénavant présents pour un cocktail explosif. On ajoute à cela les remords d'une ado qui s'en veut d'avoir humilié Carrie et qui va donc demander à son petit ami populaire d'amener Carrie au bal de fin d'année. Et inexorablement on s'avance vers le drame. Le fait d'avoir entrecoupé le récit par ces faux extraits permet aux lecteurs d'apprendre dès le début que la ville de Chamberlain sera en grande partie détruite, qu'un bon nombre d'habitants vont périr, et tout ça par la faute de Carrie.

Par la faute d'une BCBG qui veut à tout prix détruire Carrie, le bal va se transformer en enfer. Ce sera la dernière moquerie sur Carrie White, mais cela signera l'arrêt de mort de la ville et d'au moins 200 personnes.



Ce premier roman est vraiment une réussite qui nous montre à quel point les ados peuvent se transformer en bourreaux. Toute action a une conséquence, parfois désastreuse.

12 nov. 2011

Hannibal

Auteur: Thomas Harris

Traducteur: Bernard Cohen

Editions: Albin Michel

Genre: Thriller

Date de parution: 2001

Résumé: Sept ans se sont passés depuis les faits relatés dans Le silence des agneaux. Mason Verger, un milliardaire défiguré par Hannibal - et une de ses rares victimes à avoir survécu - découvre que ce dernier se cache à Florence sous une fausse identité.

Le milliardaire décide de se venger, mais pour cela, il a besoin de la seule personne envers qui Hannibal éprouve de l'affection : Clarice Starling. Cette dernière a elle aussi un compte en suspens avec le serial killer. Mais elle est également l'appât.


Comme le titre l'indique, ce tome se focalise sur le célèbre cannibal . 7 ans se sont écoulés depuis sa spectaculaire évasion. Que s'est-il passé entre temps? Qu'est-il advenu de lui et de Clarice Starling?

La psychologie des personnages est encore une fois un élément important dans l'écriture d'Harris. On va en apprendre plus sur notre héros cannibale, et des éléments de son enfance seront dévoilés au lecteur, expliquant en quelque sorte ses agissements. Ces révélations seront faites à travers des scènes d'une nature psychologique, celles-ci alliées à des scènes plus descriptives, voire terrifiantes.

L'histoire commence donc 7 ans après Le Silence des Agneaux. Contrairement à nos attentes, c'est sur Clarice que le début se focalise, nous montrant à quel point la jeune recrue du FBI a changé durant ce laps de temps. Elle est devenue agent du FBI, mais malgré sa réussite dans la capture du tueur Buffalo Bill, sa carrière n'a jamais décollé. Bien au contraire, son fort caractère lui a valu de s'attirer les foudres de Paul Krendler, membre au département de la Justice. Ce dernier l'a prise en grippe après qu'elle lui ait refusé toutes avances. Son fort caractère n'a, lui, pas changé. Ainsi dès le début, alors qu'une intervention est en train de tourner à la bavure, que des agents se font tuer, elle n'hésite pas à tirer sur une caïd de la drogue, Evelda Drumgo, alors que cette dernière portait son enfant sur sa poitrine. Cette bavure marque le début de la fin de la carrière de Clarice. Krendler voit là le moyen d'enfin se débarrasser d'elle. Mais tout va être bouleversé avec l'entrée en action d'un nouveau personnage: Mason Verger. Cet homme milliardaire fût une victime d'Hannibal, et le seul survivant. Depuis l'évasion de son pire ennemi, il n'a de cesse de vouloir le retrouver et ainsi de pouvoir se venger. Il décide d'utiliser Clarice comme appât.

C'est après tous ses évènements que l'on apprend enfin où s'est réfugié le docteur Lecter. Il a élu domicile à Florence, où il vit sous le nom du docteur Fell. Entendant les nouvelles sur Starling, il va lui envoyer une lettre, et ainsi reprendre une correspondance à sans unique.

Sa tête toujours mise à prix, Lecter va rencontrer un inspecteur de police, Renaldo Pazzi, qui va par cupidité le vendre à Verger. Et la roue du destin est lancée.

Les motifs de chaque personnage sont vraiment bien décrits, on comprend les raisons de leur motivation. Et comme pour les livres précédents, ces choix vont conduire à un dénouement bien plus étrange que l'on n'aurait pu imaginer.

Avant d'en arriver là, Harris va nous surprendre avec des scènes gores, qui contrastent avec ses oeuvres précédentes. Ici, il pousse le vice jusqu'à décrire avec beaucoup de détails les scènes de meurtres. Celle de Pazzi est intéressante et particulière, et il faut avouer que les prémices de sa mort sont annoncées dès sa première apparition. Cette mort va obliger Lecter à revenir aux Etats-Unis, et à vouloir revoir Clarice.

On peut donc voir 4 temps dans le récit:

- l'histoire autour de Clarice, sa bavure, mise à pied, sa poursuite après Lecter;

- l'histoire en Italie avec Lecter, dont la sérénité est perturbée par Pazzi;

- le retour aux Etats-Unis de Lecter, sa confrontation avec Verger;

- l'épilogue.

Les deux derniers temps du récit sont particuliers. On apprend les raisons qui poussent Lecter à se raccrocher à Clarice, et cela à avoir avec son passé et sa soeur.

Tandis qu'il cherche à revoir sa protégée, ses poursuivants ne sont pas en reste et il s'en faudra d'un cheveu pour que le cannibale ne disparaisse. L'action s'enchaîne beaucoup dans le roman, mais elle fera place à un moment de répit à la fin, quand Clarice et Lecter partageront un moment particulier.

Harris a poussé ici son écriture très loin, nous offrant une histoire singulière mais passionnante. Quant à la fin, elle partage de nombreuses personnes, étant bien plus qu'étonnante.


Si on est fan de Lecter, il faut lire ce livre.